Crêpe complète

crepe

Depuis que je me suis installée dans ma maison,
Les choses ont changé.
Je me suis éloignée de la grande ville,
Éloignée physiquement de certaines amies,
Mais rapprochée de moi-même.
Je me suis aussi un peu isolée du coup.
Alors, je me suis inscrite sur le net, en quête de rencontres
Ça faisait plusieurs années que je n’avais pas pratiqué,
La maladie m’avait donnée une image de mon corps plutôt… baahhh quoi !
Et j’ai rencontré un gars qui m’a remis en selle,
Le mec beau gosse, intelligent, gentleman… mais pas libre dans sa tête.
Bon, ce n’est pas grave, il m’a remis le pied à l’étrillé,
Dans ses yeux, je me suis sentie belle,
Dans ses bras, je me suis sentie femme,
Au bout de sa queue, je me suis sentie en vie !
Oui, le sexe en 3D : le corps, l’âme et l’esprit,
Moi, je suis une crêpe complète,
S’il manque un de ces éléments,
Je trouve ça fade !
Donc ce mec, pourtant complet, était trop occupé à monter des entreprises,
À bosser et du coup, à 1000 à l’heure comme il disait
Et, il a fini par s’éloigner.
Moi je l’aimais bien, mais je crois que je lui ai fait peur.
J’ai été un peu boulimique d’affection, de reconnaissance, de tout quoi…
J’ai pas arrêté de lui envoyer des messages,
De lui demander des explications,
De vouloir qu’il soit là… et en voyant qu’il était occupé,
J’ai même tenté les messages coquins, c’était un peu cramé,
Ça a fonctionné au début et puis baaah, il s’est barré quoi.
Du coup, je me suis remise en chasse sur mon site internet,
Et j’ai été dîner avec un mec super sympa.
Beau gosse, intéressé, sensible.
On s’est envoyé des messages, et il est vrai qu’il m’avait dit,
« Je veux bien te voir mais se sera pour le sexe »,
Je trouvais que ça collait pas avec le personnage du resto.
Alors, j’ai quand même tenté la soirée d’après…
J’étais loin de me douter que ça, ça existait,
Je veux dire comme ça,
À ce point…
Le mec est arrivé, super sympa, cool, détendu.
Au bout d’un moment on est passé dans la chambre,
Je lui ai taillé une pipe,
Pas une émotion, pas un mouvement, pas un souffle…
Je suce bien d’habitude, mais là, ça paraissait si… mécanique !
J’ai commencé à me déshabiller en lui faisant comprendre que
La pipe ok, mais moi je voulais qu’on me prenne hein,
Réaction :
– ah ouais quand même !
– Heeuuu quoi ?
– Baah ça va pas être possible, t’es trop grosse…
– Ah heu, ok, bon, je… heu,
Et les larmes ont coulé. Je me suis rhabillée.
– Ne pleures pas ce n’est pas contre toi.
Je me suis sentie moche. Monstrueuse.
Le mec s’est levé, comme un robot sans cœur, sans émotions,
Et m’a dit : – j’ai faim, tu ne veux pas qu’on se grignote un truc ?!
– Heeeu bah pas là, non ! En revanche, j’aimerai bien que tu partes.
– Tu es trop sensible, il faut apprendre à ne pas être dans l’émotion.
Rappelle-moi quand t’auras perdu un peu de poids…
– Bah non, je n’ai pas envie de te revoir, jamais. Tu n’as aucun intérêt.
Il est parti. Moi, j’ai pleuré.
J’ai appelé une copine qui m’a dit :
« Mais tu l’as pas jeté dehors comme un malpropre,
le cul à l’air, ce connaaaaard ?!! »
Bah non. En fait, sur le moment,
ça m’a rendu triste pour moi, mais aussi pour lui :
Tu te rends compte le pauvre mec : il ressent rien !
J’ai trouvé ça tellement insensé, tellement vide.
Je me suis dit le pauvre : il baise mécaniquement
et il pense que c’est ça vivre et prendre du plaisir !
ça m’a parut dingue, complètement pathétique.
Pauvre mec. Il n’a juste rien compris ! Moi au moins, je suis vivante, lui…
En tous cas, aujourd’hui je suis d’autant plus persuadée d’un truc :
Une crêpe sans garniture, c’est dégueulasse !

Nom de code : Charlotte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s