Ces vacances en communauté… part 4. (encore ?!!)

splaaaaaaash

J’ai débarqué avec ma louloute et ma caisse,
Une semaine après tout le monde.
Putain ct’ambiance de mooooort !
Au début je me suis dit : sympa les filles, je débarque
Et c’est la merde totale,
Entre l’une vénère parce qu’elle venait de se faire traiter de pétasse officielle,
L’autre qui s’arrachait les cheveux avec son mec qui la soûlait toutes les nuits,
Les deux dernières qui n’avaient pas assez dormi à cause du keum en question…
Le tout arrosé par le fait que ça manquait de bédo,
Pfiou, j’ai direct été poser mon cul au bord de la piscine,
Histoire de digérer les 10 heures de bagnoles que je venais de m’imposer.
J’ai testé l’ambiance de mort, 12 h hein, pas plus.
Le matin, j’ai chopé Lily et je lui ai dit cette aprem, on va en ville… elle avait compris.
Y a deux ans, on y avait déjà été,
Pécho dans cette ville du sud 
Dans le quartier arabe… évidemment ! (non, c’est pas à Marseille : tout de suite là !)
Je me souvenais pas du chemin.
Mais l’instinct est une chose d’une force…
Quand t’as la pression de la meuf qu’a pas fumé son pétard depuis cinq jours,
Bah tu retrouves le commissariat en deux –deux,
Oui, le shit, c’est derrière le commissariat,
Sous les fenêtres de Monsieur le commissaire,
Tous les gars du quartier vendent leurs produits,
Ouais, au début, j’ai fait comme vous.
Je me suis dit : ils sont ouf !!!
Comment ça en bas du comico ?!!
Et puis après j’ai réfléchis : impossible de pas être au courant le mecs oh !
Bah ouais, faut bien acheter la paix sociale hein,
Bah ça coûte cher la paix sociale !!
En revanche le bédo, super bon marché !
Bien servi et bon en plus.
Le mec, enfin le gamin de 13 piges environ, a sorti sa plaquette,
Son couteau chauffé au briquet,
Boum, il a coupé sa barrette,
En sortant Lily a été obligée de sortir « Bon Ramadan ! »
Des fois qu’y en a qu’il le ferait hein…
Les petits gars se sont marrés et on est reparti.
Bah dès la première taffe elle souriait,
Haaaa j’étais contente de la retrouver quand même !
Ça a détendue tout le monde.
Le reste de la semaine s’est plutôt bien passée,
Entre les filles et leurs histoires et ma fille et les siennes…
Quelle relou la petite, ça hurlait, ça faisait des comédies…
Après je suis partie en road trip avec elle.
C’était dur.
Je suis passée chez des potes,
Un week-end dans la famille de mon frère,
La petite a vu les cousins,
Puis dans une maison sans eau ni électricité,
Toute seule avec ma gamine,
En mode roots quoi,
En mode faut en chier pour se faire plaisir…
C’était dur.
Heureusement, c’est là que tu croises des gens géniaux ,
Dans le trou du cul de la France,
Non mais il a fallu que j’aille en Creuse pour trouver des mecs de mon quartier,
Que je croise jamais en bas de chez moi… Dingue quand même !!
J’ai redécouvert mon pays.
La liberté aussi.
Prendre ta caisse et rouler, tout droit,
La où tu veux, quand tu veux,
Sans personne pour t’imposer quoi que se soit.
La chute est rude quand tu rentres hein !
Et ma fille s’est calmée.
Elle m’en a fait baver,
Surtout chez Charlotte, à l’Île d’Yeu.
D’ailleurs j’ai cru que ça allait mettre fin à notre amitié.
Ma fille faisait des crises de nerfs au couché,
Et charlotte, elle a du mal à gérer,
Moi aussi j’étais à bout,
Du coup, elle nous a dit sur le ton de la colère :
« c’est aussi mes vacances, je ne peux pas passer des soirées comme ça !! »
J’ai dit ok, demain on se barre.
On venait d’arriver.
On squattait sa baraque en même temps.
Donc c’était à nous de partir.
Le lendemain matin, on s’est levé les larmes aux yeux,
« Faut trouver une solution hein, on va pas se quitter comme ça ?! »
Charlotte et moi, on est des vraies amies,
De celles qui discutent et règlent les histoires,
De celles qui comparent pas leurs vies, leurs filles et qui s’écrasent pas pour avancer,
De celles qui sont capables de dire : « j’ai eu tort là ! »
Alors, on a réfléchit, mis en place des stratégies de coucher,
Et puis j’ai baissé le dosage de médoc antiépileptique de ma fille…
Ça a marché… elle supportait pas l’augmentation qu’avait été décidé avant de partir.
C’était pas la première fois,
La petite se contrôlait pas, elle partait en vrille.
Du coup elle s’est calmée,
Elle a aussi repris confiance en moi, en elle, en nous toutes,
Après un mois et demi de vacances chez les uns et les autres,
On est rentrée, et j’étais contente de retrouver chez moi,
Je l’ai quand même refilé à ma mère trois jours histoire de décompresser,
Les vacances, c’est fatiguant merde !
Mais c’est pendant ces vacances que tu prends le temps
Ce putain de temps qu’on ne s’accorde que trop peu,
Ce temps pour apprendre à vraiment te connaitre, toi,
Et ceux qui te sont vraiment proche.
Quand t’as pris le temps de ça, quand tu rentres… t’as la gnac !!

Nom de code : Yasmine

Un commentaire

  1. Prendre le temps de se connaitre soi, et ceux qui nous sont vraiment proches.
    Bim, comme tu dirais. En plein dans mon coeur ton texte-là…
    J’l’aime mon gosse. Mais j’adore quand il est chez ma mère. :)
    Lui, et tout ce qui est fort, puissant, épuisant…
    Touchée en plein coeur, j’te dis…
    :)
    Merci

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s