Larguer les amarres !

Je prends le large !

Je me casse !
Je lâche tout !
Allez tous au diable, j’en peux plus !
J’entame ma dernière semaine de boulot,
Ras le bol des horaires à la mords-moi-le-nœud,
Ou deux jours tu fais l’ouverture à 7h du mat’,
Et les trois derniers tu te tape la fermeture,
Et tu te couches à 3h,
Je suis KO, exténuée, je sais plus où je suis là,
J’ai niqué mon rythme biologique,
Pour gagner des clopinettes,
J’ai plus de notions de temps,
La seule qui m’oblige à rester cohérente dans l’emploi du temps,
C’est ma fille de quatre ans,
Elle m’a fait payer de ne plus la voir autant,
Trois semaines qu’elle pisse au lit toutes les nuits,
L’enfer sur terre !
Le linge à n’en plus pouvoir,
Les nuits hachées menus,
Les caprices jusqu’à pas d’heure…
Stoooooooooooooop ! Je tiens plus !
Je suis à bout,
Je lâche l’affaire !
J’ai beau tirer, pousser,
Tourner les possibilités d’emploi du temps dans tous les sens,
Je ne peux pas être au four et au moulin,
Pourtant je les aime bien au taf,
Ils sont sympas et arrangeant,
Ils me cherchaient même une nounou !
Mais, je ne suis pas assez bien payée,
Je ne peux plus surcharger ma famille,
Pour s’occuper de ma fille, les matins,
Puis les soirs, et en plus les weekends !
J’arrête.
Je rends mon tablier !
Même mon mec, enfin mon plan cul régulier,
Je l’ai tej… autre chose à penser,
J’ai un plan de vie à réfléchir là !
Et lui il est là perdu dans son ambiguïté,
Il ne sait pas ce qu’il veut,
Il m’aime bien, mais il sait pas…
C’est difficile, qu’il me dit,
Il est en plein divorce, trois gosses au milieux,
Un ado qui perd ses repères,
Oulaaaa trop de casseroles pour moi,
Je suis pas ta béquille !
Tu sais pas ? Bah moi je sais à ta place va !
… Et je saute dans le vide.
Que vais-je faire de ma vie ?
Bah je me suis mis un plan d’action,
Bon, je sais que la saison commence,
En restauration je peux trouver du taf,
En extra, au black, histoire de compléter mes indemnités minables,
Qui ne payeront pas mon loyer,
En même temps, je regarde les fonds de commerce à louer,
Je réfléchi sérieusement à reprendre mes premières amours :
La couture !
Faut que je bosse pour moi,
Que je crée, que je dessine des modèles,
Que je fasse une ligne de mode enfant,
Comme je faisais avant et ça marchait bien,
Avant, à Marseille,
Avant que ce connard me laisse en rade,
Avec notre fille, enceinte du deuxième…
Bref. C’est un autre sujet.
Je suis une force de vente à moi toute seule,
Je le sais : mets moi dans un rade et je draine tout le quartier,
Les habitués, les commerçants, tout le monde !
Je suis la fille cool du bar,
Un serré le matin,
Un cocktail le soir,
La nana classe du resto,
Qui a ce sixième sens et qui du premier coup d’œil
Sait si t’es d’humeur triste, enjouée, calme, énervée…
Celle qui t’accueille avec douceur,
Humour et finesse,
Bah oui, t’avais pas fait gaffe banane :
La fille sympa du café d’en bas : c’est moi !

Nom de code : Nona

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s