Liés par mon sang

sang

En boite, un weekend,
J’ai rencontré un mec,
Il était là avec plusieurs de ses… potes
Mais ils formaient un groupe étrange,
Bref, on sort ensemble,
Je lui demande ce qu’il fait dans la vie,
« j’ai pas le droit d’en parler… »
Je l’ai regardé d’un air, tu me prends pour une conne,
Et je lui ai sorti ma science :
« Vu ton gabarit, celui de tes potes,
Tu dois être un militaire,
Tes potes se sont tes collègues,
Lui là, ça doit être le plus gradé d’entre vous,
Et en plus vous êtes pas du coin : ça pue le provincial à plein nez ! »
Il me regarde ahurit et change de sujet,
J’ai tapé dans le mil, lui aussi…
Je lui laisse mon numéro,
Attends je veux bien faire ma salope,
Mais je baise pas directe le premier soir !
C’est les restes de mon éducation,
Le second en revanche, on se la donne chanmé !!
Le weekend d’après, il me négocie pour le rejoindre,
Lui et sa « troupe » dans un bar parisien,
On se chauffe, on n’en pouvait tellement plus,
Qu’en sortant, on a fait tous les hôtels du coin,
Tous complets !!! la meeerde !
Alors au bout du rouleau,
Je l’emmène chez moi.
Pourtant, je l’avais prévenu :
« Hey, j’ai mes règles mec ! »
« C’est pas grave, je m’en fou…
Moi aussi je te préviens : demain je dois partir à l’aube… »
Ok, ça me va, toute façon en dehors de « oh oui prends moi »,
J’ai pas grand-chose à te dire, donc tout va bien !
On baise comme des porcs,
Et bim, bam bam bam…
Et le voilà qu’il s’endort,
Ses mains tout près de son visage…
J’ai regardé avec dégout,
Ses doigts rosés par mon sang,
Frotter le bord de son nez.
Je me suis retournée en me disant,
Baahh, c’est mon sang mais même moi je pourrais pas !
5h45, drrrrrriiiiiiing !!!
Putain merde, dit-il en se levant,
Je dois être dans quinze minutes à Nogent…
Le fort de Nogent ?…
Sourire en coin, il enfile son calbute,
Sa pige encore pleine de mon hémoglobine séchée,
Enfin tout autour : on a mis une capote oh !
Mais bon ça lui remontait presque jusqu’au nombril quand même !
« Hey, t’as le droit de prendre une douche hein… ! »
« J’ai pas le temps, je dois y aller… »
« Sans déconner comme ça là, avec mon sang partout sur toi …?! »
Bah ouais, il est parti, emportant sur lui les traces de mon cycle menstruel,
J’aurai voulu voir la gueule de ses collègues à la douche collective…
Et puis, entre nous, sa femme a du souci à se faire !

Nom de code : occasionnelles

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s